Une étudiante universitaire saoudienne a succombé suite à une crise cardiaque, l'équipe médicale composée d'hommes ne pouvait pas entrer dans l'université pour femmes.

Des milliers de personnes écrit sur Twitter pour exprimer leur colère face à la mort d'Amna Bawazeer et ont blâmé les règles de ségrégation du royaume.

Elle s'est effondrée à l'université du Roi-Saoud dans la capitale du pays, le mercredi à 11h, mais n'a été vue par les ambulanciers qu'à 12h45.



Lorsque les services d'urgence sont arrivés aux portes de l'université, les administrateurs ont interdit à l'équipe masculine d'aller la soigner, selon un journal local.

Quand ils ont finalement été autorisés à prendre soin de la victime, elle était morte.

Le recteur de l'université, Badran Al-Omar, a nié, disant qu'il n'y avait eu aucune hésitation pour laisser passer les ambulanciers. Il a ajouté que l'université a fait tout son possible pour sauver la vie de l'étudiante.



(...)

L'Arabie saoudite suit une interprétation stricte de l'islam. Les hommes sont séparés des femmes dans les écoles et presque toutes les universités saoudiennes.

Les femmes ont également un salon séparé et souvent des entrées séparées dans les sections «famille» des restaurants et des cafés, où les hommes célibataires ne sont pas autorisés.

Une affiche sur l'Princess Nora University à Riyad, en Arabie Saoudite, demande aux jeunes femmes de s'habiller dans la tradition islamique.

Le plus haut dignitaire du royaume a mis en garde contre le mélange des genres, en disant que cela constitue une menace à la chasteté des femmes.

En 2002, un incendie a éclaté dans une école pour filles de la Mecque, tuant 15 étudiantes. La police religieuse ne permettait pas aux filles d'échapper au feu parce qu'elles ne portaient pas de foulard ou abayas, un manteau noir traditionnelle qui couvre le corps de la femme à partir du cou.

(...)


Source : http://www.dailymail.co.uk/news/arti...treat-her.html