Dans le clip "Dark Horse", de Katy Perry, la chanteuse désintègre un jeune homme et son pendentif représentant le nom "Allah", Dieu en arabe.

Le paradoxe de l'œuf et de la poule dans ce cas-ci n'a pas lieu d'être. Nos professionnels de la victimisation font encore une fois parler d'eux, encore une fois pour faire chier leur monde, rien que ça.

Les musulmans se plaignent aujourd'hui que Katy Perry aurait blasphémé en désintégrant un pendentif représentant le nom d'ALLAH.

Ces petites victimes ne pensent qu'à eux, et à ce blasphème d'une seconde, n'ont encore une fois rien compris.

Katy Perry en reine d’Egypte, Cléopâtre, désintègre un de ces prétendants.


Petit cour d'histoire rapide :


Cléopâtre a vécu entre 69 avant Jésus-Christ et 30 avant Jésus-Christ.

Mahomet, prophète fondateur de l'islam, est né en 570 (après Jésus-Christ donc).


Cléopâtre n'a donc pas pu désintégré un pendentif mentionnant Allah, un "dieu" créé 600 ans après sa mort... 

Le pendentif ne mentionne que DIEU. Et non Allah.


Pour le plaisir, voici la séquence censurée...