Les organisations islamistes radicales qui combattent le régime de Bachar al-Assad en Syrie préparent des kamikazes pour perpétrer des attentats en Union européenne et aux Etats-Unis, selon un déserteur de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) associé à Al-Qaïda", écrit mardi le quotidien Kommersant.

Le ministre français de l'Intérieur Manuel Valls tire également la sonnette d'alarme. D'après lui les "combattants du jihad" européens qui s’entraînent en Syrie représentent la plus grave menace à la sécurité. Les craintes de Valls sont confirmées par le témoignage d’un déserteur de l'EIIL qui a pu être interviewé par un journaliste de la revue britannique The Telegraph en Turquie. Ce Syrien d'Alep qui se fait appeler Mourad a combattu pendant deux ans au sein de l'EIIL et a déserté quand les leaders du mouvement lui ont ordonné d'engager les combats contre d'autres troupes d'opposition.

Mourad affirme que, dans les rangs de l'EIIL, il était en contact permanent avec de jeunes moujahids ressortissants du Royaume-Uni, de la France, des USA et d'autres pays occidentaux. D'après le déserteur, tous ces gens haïssent la société occidentale et comptent organiser des attentats retentissants à leur retour.

"Les moujahids britanniques, français et américains étaient fiers des attentats du 11 septembre 2001 aux USA et des explosions à Londres en juillet 2007, explique Mourad. Ils aimaient parler des endroits où ils organiseront leurs attentats. Chacun parlait de la cible choisie. Un Américain évoquait par exemple la Maison blanche."

Les chefs de l'EIIL n'ont pas utilisé trop activement les « moujahids occidentaux » dans leurs affrontements contre les troupes gouvernementales, préférant les préparer pour de futurs attentats en Europe et aux Etats-Unis. Comme l’affirme Mourad, tous les combattants de l’organisation se sont parfaitement familiarisés avec les techniques permettant de piéger les voitures ou pour se faire exploser des ceintures d’explosifs sur le corps.

Selon les services de renseignement britanniques, près de 500 citoyens du pays combattent aujourd'hui dans les rangs de l'opposition syrienne – principalement des personnes originaires des pays musulmans, mais on retrouve également des Britanniques convertis à l'islam.

Richard Walton, chef du service antiterroriste de Scotland Yard, avertit que selon certaines informations les islamistes britanniques auraient reçu pour mission d'organiser des attentats au Royaume-Uni après leur retour de Syrie.

Les autorités françaises expriment les mêmes craintes. Manuel Valls estime que les "jihadistes européens" combattant en Syrie sont la plus grave menace de ces prochaines années. Au moins 700 Français combattent aujourd’hui aux côtés de l'opposition syrienne.

Les informations sur la détermination des "guerriers du jihad" européens permettent de voir sous un autre angle les récents communiqués sur les contacts secrets des services de renseignement avec le gouvernement syrien. Cette information, officiellement confirmée par les autorités syriennes, a indigné les leaders de l'opposition qui accusent l'Occident de "comploter avec le dictateur".

Selon les experts, les pourparlers avec les représentants des structures de force syriennes portaient précisément sur la neutralisation des radicaux associés à Al-Qaïda qui préparent des attentats en Europe et aux Etats-Unis. Comparé à eux Bachar al-Assad est indéniablement un moindre mal. En tout cas, il ne prépare pas des kamikazes qui rêvent de faire exploser la Maison blanche à Washington ou l'abbaye de Westminster à Londres.


Source : http://fr.ria.ru/presse_russe/20140121/200271301.html