Elles sont jeunes et amoureuse adeptes d'Oussama Ben Laden.

Ce sont des "veuves noires" sélectionnées pour la mort.

Attirés par la promesse d'un rôle clé dans une guerre sainte avec des objectifs identique à ceux de Ben Laden style, certaines sont encore adolescentes.

(...)




Prêt à être des martyrs pour leurs croyances et leurs proches disparus, ils entrent dans les gares, les bus et les aéroports attachés à des explosifs destinés à causer la mort et le chaos.

Le culte de la veuve noire inflige la peur dans le cœur des parents russes qui perdent filles et fils dans un attentat suicide pour faire le jihad.

Après deux attentats à la bombe meurtriers dans la ville sud de la Russie Volgograd cette semaine, la secte terroriste menace encore plus la sécurité des Australiens et autres athlètes participant aux Jeux olympiques d'hiver le mois prochain.

Le leader du groupe est Dokou Oumarov, un ancien ingénieur en construction de 49 ans et surnommé Oussama ben Laden dans en Russie.

Le gouvernement américain propose une prime 5 millions de dollars pour la tête de l'émir autoproclamé né d'un nouvel état musulman, appelé l'Emirat du Caucase.

Oumarov a fait une menace directe contre les Jeux de Sotchi, en disant que c'était un devoir sacré d'empêcher les jeux d'avoir lieu.



(...)

Bien que les jeunes recrues d'Oumarov viennent de toute la Russie, au moins une veuve noire, Naida Asiyalova, qui s'est fait exploser dans un attentat suicide à Volgograd, en Octobre, est du Daghestan.

(...)



La Police a d'abord identifié la veuve noire de 26 ans Oksana Aslanova.

Le site d'info russe lifenews.com a publié une photo de ce qu'il a déclaré être la tête ensanglantée située au milieu d'un tas de débris avec ses longs cheveux bruns sur le sol de la gare.

Aslanova, qui a été mis sur liste des personnes recherchées par la Russie depuis deux ans, aurait été marié à deux dirigeants musulmans tués par les forces russes dans le Caucase du Nord.

Après les enquêteurs ont découvert d'autres vestiges - un doigt de sexe masculin avec la broche d'une grenade - parmi les débris sur les lieux du crime, un nouveau coupable émergé.

Pavel Pechyonkin, diplômé de l'école de médecine, a quitté Moscou pour rejoindre les militants du Daguestan en 2011.

On croit qu'il est devenu disciple de Dokou Oumarov.

Oksana Aslanova est maintenant considéré comme toujours en fuite.

(...)



Dzhennet Abdurakhmanova n'avait que 16 ans quand elle a rencontré et épousé Oumalat Magomedov, un musulman tué au Daghestan en 2009.

Un exemple classique du culte de la "veuve noire" qui est une caractéristique de la campagne de terreur menée en Russie, Abdurakhmanova faisait partie d'une campagne de recrutement à l'échelle nationale.

Une fois attirées les femmes sont immédiatement traités comme des kamikazes potentiels. On ne leur dira pas, elles sont traitées de la même manière que les recrues masculines.

Puis la jeune fille devient une femme ou la maîtresse d'un jeune seigneur de guerre.

Le mari de Abdurakhmanova, Magomedov, alias Emir Al Bara, a été le leader de l'organisation Jamaat Shariat au Daghestan et nommée par Dokou Oumarov.

(...)

La deuxième veuve noire est responsable des explosions du métro de Moscou était Maryam Sharipova, 28 ans.

Mariée à Magomedali Vagabov, associé d'Oumarov tué dans une opération au Daghestan avec quatre autres militants en Août 2010, Sharipova a été identifiée après que la police ait publié des photographies de sa dépouille.

Le père de Sharipova a reconnu sa fille sur les photos.

Il a déclaré aux autorités que Sharipova, qui a enseigné l'informatique dans une école locale, avait disparu le jour précédent les attentats.

La jeune fille aurait dit à sa mère qu'elle allait rendre visite à un ami. Ces parents n'avait pas eu de ses nouvelles depuis.

Sharipova, qui vivait avec ses parents dans le village de Balakhani au Daguestan, n'a jamais été connue pour avoir des vues extrémistes ou un comportement inhabituel, dit son père.



Naida Asiyalova, dont le nom était " Amaturahman ", avait 30ans et était du Daguestan, elle était la femme de Dmitry Sokolov.

Les voisins de son village se souviennent d'elle comme une fille occidentalisée ordinaire qui n'était pas religieuse, mais qui s'est mariée à un Turc, et " quelque chose s'est passé " et elle " a complètement changé ", elle a commencée à fréquenter la mosquée et à porter un foulard.

Ils sont partis plus tard la capitale pour rejoindre des groupes rebelles au Daghestan.

Sokolov a été porté disparu en juillet 2012, il aurait pris part à deux explosions en 2010 au Daghestan.

Les médias russes ont rapporté qu'Asiyalova avait une maladie grave, une collecte de fonds a déjà été organisé sur le réseau social VKontakte pour son traitement.



(...)

Dans la matinée du 21 Octobre 2013, elle a pris un bus à Volgograd avec des explosifs attachés à son corps sous sa burqa.

Vers 14h05, heure de Moscou, elle a fait exploser les bombes, tuant six personnes et en blessant 37 autres, dont un enfant de 20 mois.

(...)

Source : http://www.news.com.au/world/russias-deadly-black-widow-cult-that-threatens-olympians/story-fndir2ev-1226793863105