Une britannique avec des difficultés psychologiques a épousé un immigrant pakistanais et a eu son bébé dans le but de l'aider à rester au Royaume-Uni, a déclaré le tribula.

La britannique de 37 ans qui a les capacités de lecture d'un enfant de 7 ans a même été giflé au visage pour la forcer à sourire sur la photo de mariage .

Le jour où le couple se rendit au bureau d'état civil pour déclarer le mariage , un appel anonyme est arrivé au bureau pour préciser que ses parents avaient été payés £ 20,000 (environ 23 893€) pour marier leur fille à l'étudiant musulman.

Incroyablement , bien que les bureaux d'enregistrement étaient préoccupés par le « comportement et vulnérabilité» de la mariée et craignaient qu'elle soit « manipulé » dans le cadre d'une escroquerie pour l'obtention d'un visa , le mariage civil fût célébré deux mois plus tard. Lors du mariage elle était enceinte et elle a donné naissance à un garçon.

Son mari de 33 ans, utilise maintenant son enfant pour essayer de rester au Royaume-Uni , ses avocats s'attendent à ce qu'il bénéficie d'une permission de séjourner indéfiniment au Royaume-Uni.

(...)

Le visa d'étudiant de son mari valable 2 ans a expiré en septembre 2011. Son renouvellement a été refusé, il a interjeté appel.

La femme, une sikh convertie à l'islam, a déclaré l'avoir conçu «presque immédiatement» après leur mariage musulman.

Le mois suivant, ils se sont rencontrés sur les bureaux d'enregistrement de leur mariage civil. Les greffiers ont contacté la UK Border Agency , la décrivant comme «ayant des troubles de l'apprentissage».

Elle n'était pas sûre du nom de son mari et ne se souvenait pas s'être marié deux fois et d'avoir divorcé d'un neveu de son beau-père et d'un cousin maternel.

L'UKBA a informé les services sociaux, qui se sont opposés au mariage , mais il fût accordé.

(...)

L'enfant a fait l'objet d'une mesure de protection après sa naissance et placé en famille d'accueil, avec contact des parents autorisés.

Selon le jugement , la femme a les capacités de lecture d'un enfant de 7 ans et a un trouble de l'apprentissage.

L'évaluation des services sociaux montre qu'elle ne peut pas s'occuper de son bébé en toute sécurité.

Le marié a dit avoir été « dupé » en épousant l'épousant, par ses parents.

Il a déclaré au tribunal qu'il veut être relogé avec le bébé dans un appartement de deux chambres, avec des travailleurs sociaux (baby-sitter) deux heures chaque matin et chaque soir afin qu'il puisse "aller à la mosquée".

Ils envisagent d'annuler le mariage.