La chaîne britannique de magasins Marks & Spencer était menacée de boycott lundi 16 décembre après qu'une employée musulmane eut refusé de vendre une bouteille de champagne pour raisons religieuses. La polémique est partie des déclarations d'un client qui a exprimé son étonnement au Sunday Telegraph pour avoir été recalé à la caisse d'un magasin de M&S à Londres.

J'avais une bouteille de champagne à la main et la dame, qui portait un voile, s'est confondue en excuses mais m'a expliqué qu'elle ne pouvait pas me prendre à la caisse. Elle m'a dit d'attendre qu'un autre employé du magasin soit disponible. J'étais déconcerté, cela ne m'était encore jamais arrive, a raconté ce témoin au journal dominical. Depuis, plusieurs autres clients ont fait état de cas similaires et la polémique a commencé à enfler. La page Facebook officielle de l'enseigne a été inondée de messages de protestations et un groupe Facebook appelant au boycott du magasin avait attiré plus de 8.000 likes lundi matin.

Une porte-parole de Marks & Spencer a expliqué que la politique de la chaînedepuis des années" était d'essayer d'offrir une fonction appropriée aux employés dont la religion interdit de toucher à certaines boissons et aliments comme du porc. Par exemple en les affectant au rayon vêtements ou à la boulangerie. Elle a ajouté que la politique s'appliquait à l'ensemble de ses 700 magasins au Royaume-Uni et à toutes les religions.

Dans le cas à l'origine de la polémique, M&S a dit regretter que l'employée en question se soit retrouvée à la caisse et que le règlement n'ait pas été appliqué en l'occurrence. Des concurrents de M&S, tels que Tesco, Morrisons ou Asda ont indiqué qu'ils respectaient les croyances de leurs employés et qu'ils évitaient, le cas échéant, de les affecter à la caisse. Cela ne ferait aucun sens, a réagi Tesco.