La minorité de fondamentalistes musulmans serait beaucoup plus importante que n'osent le considérer la plupart des politiciens et journalistes.

(AlphaGalileoLe fondamentalisme religieux n'est pas un phénomène marginal en Europe de l’ouest. Telle est la conclusion d’une étude publiée par Ruud Koopmans du Centre des sciences sociales WZB de Berlin.



Cette étude est la première qui permet l'analyse sur une base empirique de l'ampleur et de l'impact de l'intégrisme religieux.

L'auteur a analysé les données d'une enquête sur l’intégration des immigrants dans six pays européens. Cette étude comparative a recueilli des données auprès d'immigrants et de natifs via plus de 9000 entrevues téléphoniques en Allemagne, en France, aux Pays-Bas, en Autriche, en Belgique et en Suède. Les répondants étaient des immigrés turcs et marocains, ainsi que des groupes de contrôle formés de natifs.
Deux tiers des musulmans interrogés disent que les règles religieuses sont plus importantes pour eux que les lois du pays dans lequel ils vivent. Trois quarts des répondants sont d'avis qu'il n'y a qu'une seule interprétation légitime du coran.



Ces proportions sont nettement plus élevées que chez les chrétiens locaux. Seulement 13% de ces derniers placent les normes religieuses au-dessus de la législation nationale, et un peu moins de 20% refuse d'accepter des interprétations divergentes de la Bible.

Pour le sociologue Ruud Koopmans, cette forte tendance au fondamentalisme musulman est alarmante : «le fondamentalisme n’est pas une forme innocente de religiosité stricte. Nous constatons une forte corrélation entre le fondamentalisme religieux – tant chez les chrétiens que les musulmans – et l’hostilité envers d’autres groupes tels que les homosexuels et les Juifs».


Près de 60% des répondants musulmans refusent de prendre des homosexuels pour amis, 45 % pensent qu’on ne peut faire confiance aux Juifs, et plus de la moitié croit que l’Occident cherche à détruire l’islam. Chez les chrétiens : 9% sont ouvertement antisémites ; 13% refusent d’avoir des homosexuels pour amis ; et 23% croient que les musulmans visent à détruire la culture occidentale.
L'article de Ruud Koopmans intitulé Fundamentalism and out-group hostility. Comparing Muslims and Christians in Europe vient d’être publié dans le numéro de décembre de la revue trimestrielle WZB-Mitteilungen. Ce numéro contient plusieurs articles sur l’immigration et l’intégration, principalement en allemand.
Source : Islamic fundamentalism is widely spread, AlpaGalileo, 9 décembre 2013. Traduction par Poste de veille
Nom de l'a vidéo :  Abou Imran dit tout haut ce qui se dit dans les mosquées

Abou Imran, fondateur du groupe Sharia4Belgium:
«On se désavoue de la démocratie... et on montre ça... on montre notre haine contre eux ; on montre notre haine contre la démocratie et on appelle les gens à se désavouer de cette démocratie. Il n'y a pas de mal à ça.

Vous ne saviez même pas comment vous laver et vous habiller jusqu'à ce que les musulmans sont venus vous apprendre. On a une solution pour tout et pour tout le monde. C'est ça votre mentalité : ou bien vous acceptez la démocratie ; ou bien vous acceptez les valeurs européennes, les valeurs de la mécréance, ou bien on vous massacre. Un musulman peut faire ce qu'il veut, même si vous vous mettez un casque sur la tête. Je ne condamne pas le musulman comme vous ne condamnez pas votre gouvernement et comme vous, vous donnez l'alliance à la mécréance, moi je donne l'alliance à l'islam et aux musulmans...»

Source : http://www.postedeveille.ca/2013/12/le-fondamentalisme-islamique-est-largement-repandu-en-europe-etude.html