Les détectives ont rouvert une enquête sur l'assassinat tragique de l'adolescente Charlene Downes, 10 ans après sa disparition.

Aucune trace de l'adolescente de 14 ans n'a jamais été retrouvée après sa disparition le 1er Novembre 2003.

Les procureurs en 2007 lors du procès d'un propriétaire fût condamné et plus tard acquitté de sa mort selon qui son corps a été découpé et aurait été transformé "en kebabs".

La cour a entendu que Charlene était l'une des nombreuses jeunes filles blanches qui aurait eu des relations sexuelles avec des hommes plus âgés dans le magasin des suspects.
La police a déclaré aujourd'hui - au 10ème anniversaire de la disparition de Charlene - faire un nouvel appel à témoin, et espère rafraîchir la mémoire des gens au sujet de ce qui lui est arrivé il y a une décennie.






Charlene Downes, 14 ans, avant sa disparition.


Les parents de Charlene , deux membres actifs du Parti national britannique, prendront part à une démonstration afin de blâmer les "gangs de pédophiles musulmans pour l'exploitation de leur fille", a rapporté le Times.

La mère de Charlene, Karen Downes, a déclaré à la BBC : " Je suis toujours aussi dévasté que je l'étais il y a 10 ans, et je vis toujours dans l'espoir qu'elle sera retrouvée un jour".

"Je ne pourrai jamais abandonner jusqu'à ce que justice soit faite, et je suis très déçue que rien n'a été fait jusqu'à ce jour."

Elle a ajouté : "Je veux que la police fasse plus, ils n'ont rien fait au cours des cinq dernières années, depuis l'affaire s'est effondrée, ils ont mis l'enquête sous le tapis ou dans un placard poussiéreux, quelque part".

(...)

L'assistant de la police a dit : "Il y aura des gens qui savent ce qui s'est passé, elle avait seulement 14 ans quand elle a disparu et a été assassinée, son corps n'a jamais été retrouvé, j'appel toute personne ayant des informations à se manifester. Il n'est pas trop tard pour faire une différence", a rapporté par le Mirror.

L'enquête sur la disparition de Charlene est l'une des enquêtes les plus longs du Lancashire impliquant une disparition d'enfant.



Dans le procès de 2007, ils ont précisé que l'immigrant jordanien Iyad Albattikhi, s'était rendu au magasin de restauration rapide de la localité, aurait étranglé l'adolescent après avoir eu une relation sexuelle avec elle.

Il a ensuite été officiellement acquitté de l'assassinat de Charlene tandis que le co-accusé, Mohammed Reveshi a été acquitté d'avoir disposé de son corps.

Le jury a été déchargé de sa mission n'ayant pas pu parvenir à un verdict dans leur procès et un nouveau procès prévu s'est effondré lorsque le "Service des poursuites judiciaires de la Couronne" a mentionné avoir de sérieux doutes "quant à la fiabilité de certains éléments de preuve dans l'affaire".

Un examen par la Commission indépendante des plaintes contre la police a conclu plus tard que l'équipe d'enquêteur se sont rendus coupables d'un échec stratégique et tactique dans la gestion du matériel audio et vidéo qu'ils ont obtenu.

(...)

Les procureurs ont affirmé que soit M. Albattikhi, connu sous le nom d'Eddie, ou son propriétaire et partenaire d'affaires iranien, M. Reveshi, avait des relations sexuelles avec des mineurs dont Charlene et qu'ils seraient en difficulté si les policiers l'avait découvert.

Les deux hommes ont nié connaître l'adolescente, qui avait été expulsé de l'école et passait son temps à traîner dans les boutiques.

La police a commencée une enquête assassiner quand David Cassidy, un ancien ami de M. Albattikhi, a déclaré que le frère de l'accusé lui avait dit que la lycéenne avait été étranglée et hachée.

La mise sur écoute de la voiture et de la maison du suspect avait permis d'enregistrer des discussions sur son meurtre, sur le fait de l'avoir manger, et également d'une tombe.

Les deux accusés ont déclaré plus tard avoir reçu des indemnisations à six chiffres pour séquestration.

huffingtonpost.co.uk