Après Diam’s, voici Amel Bent (l’interview date de début décembre) dont on admirera les profondeurs de vue. Quitte à mettre sa notoriété au service d’une cause qui ne serait pas une insulte au qualificatif d’acte libérateur, Amel Bent ne serait-elle pas plus inspirée de lutter contre les mariages forcés, les excisions, les crimes d’honneur, et de façon générale, l’épouvantable sexisme dont la culture islamique gratifie la société française ?


Fière de ses origines mixtes, un père algérien et une mère marocaine, et assumant pleinement sa foi musulmane, la jeune chanteuse de 24 printemps, dont la success story musicale ne se dément pas depuis la « Nouvelle Star », ne craint pas de se faire l’ardente avocate du port du voile au beau milieu de la promotion de son troisième album au titre évocateur « Où je vais ».


« Porter le voile n’est pas une soumission. Ma grand-mère le porte, c’est une battante, ça ne l’a jamais empêchée d’avancer dans la vie », s’est exclamée Amel Bent dans un entretien vérité au magazine people Closer, confiant avec sérénité son attirance personnelle pour ce signe distinctif honni de la République, qu’elle pourrait envisager un jour de transformer en choix de vie :

« Moi, je ne le porte pas. C’est un choix sans en être un, je vis entre deux cultures. Mais j’espère un jour le faire quand je serai mariée. Pour moi, c’est un acte libérateur ; c’est qu’on est allée au bout de sa pensée et de son choix religieux“.


Source : Oumma

Source : la sauvegarde d'AS4B de Bivouac-ID : https://www.as4b.info/bivouac-id/trier/amel-bent-espere-porter-un-jour-le-voile-quelle-qualifie-dacte-liberateur.htm







Pour rappel, Amel Bent et le drapeau français :

Amel Bent - ne peut pas brandir un drapeau bleu-blanc-rouge