Québec : «Battre sa femme est une manière de l’éduquer» (imam de Laval) - 02 octobre 2013



Le cheikh Hussein Mohamed Amer, imam de Centre Aljisr de Laval au Québec, justifie la violence [«pas sévère»] du mari envers son épouse, en dernier recours et dans un but éducatif, quand le mari n’est pas parvenu à la convaincre de retourner sur le droit chemin de l’islam.


"Québec : «Battre sa femme est une manière de l’éduquer» (imam de Laval)" en 360P (MP4) - 480P (FLV) - YouTube - RuTube


Voici un extrait du sermon de Hussein Mohamed Amer (en arabe) à sa congrégation (vidéo mise en ligne le 31 décembre 2010) :



D’aucuns soutiennent, en lisant ce texte, que la loi islamique permet au mari de battre sa femme, tandis que d’autres affirment que l’islam opprime la femme en permettant au mari de la battre.

Mes frères et mes bien-aimés, l’islam enseigne que battre sa femme est une forme d’éducation, et un dernier recours [littéralement, le «dernier médicament», c’est-à-dire un médicament administré après que tous les autres ont échoué à guérir la maladie, comme dit le hadith :] le dernier médicament brûle [la peau avec du feu].

L'Occident interdit la violence à des fins d’éducation et c’est la position que nous adoptons ici. La vérité est cependant toute autre. Battre sa femme est une forme d’éducation … le mari peut battre sa femme lorsqu’il a épuisé toutes les solutions possiblement efficaces et qu’il n’y a pas d’autre traitement.

Le coran fait référence au droit du mari de battre sa femme dans le cadre d’une série de traitements: «Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, [puis si elles persistent] éloignez-vous d'elles dans leur lit, et [en dernier recours] frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles [Sourate An-Nisa, 34]

Si vous avez raison, la femme doit être admonestée, son mari doit lui rappeler ses droits sur elle et elle devrait retourner vers son Seigneur Tout-Puissant. Si les réprimandes et les conseils échouent, le mari doit abandonner le lit conjugal, prendre ses distances avec elle, la snober, éviter de la toucher au point où il ne rêvera plus d’elle, et si ce châtiment échoue, le mari est autorisé à la battre comme a dit le prophète : ne pas la battre sévèrement.»

Source : Wife "beating in Islam is a type of education", says Quebec Imam, Alternative Angle, 30 septembre 2013. Traduction par Poste de veille