Tchétchénie - accueil en grande pompe d’une relique du pseudo-prophète Mahomet - septembre 2011



Le dirigeant de la république de Tchétchénie, dans le Caucase russe, Ramzan Kadyrov a accueilli en grande pompe et en larmes (voir la vidéo - vers 19:20 ) dans sa capitale Grozny une coupe, en provenance de Londres, qui aurait, selon lui, appartenu au prophète Mahomet, ont indiqué les médias russes.

M. Kadyrov, traversant la ville dans une décapotable Rolls Royce et encadré de dizaines d’automobiles de luxe, a transporté la coupe, qui serait vieille de 1400 ans, de l’aéroport à la grande mosquée où il a éclaté en sanglots en embrassant la relique, selon des images de la télévision russe.

“Nous avons fait beaucoup d’efforts pour que la coupe du grand prophète revienne à notre république. Par ailleurs, deux tapis qui ont longtemps recouvert la tombe du prophète ont aussi été apportés” à Grozny, a-t-il déclaré, selon le site internet du gouvernement tchétchène.

Selon M. Kadyrov, les descendants du prophète ont dû fuir les Wahhabites en Arabie Saoudite “des centaines d’années” après la mort de Mahomet (Mohammed), emportant avec eux la coupe.

“Finalement, le saint objet s’est retrouvé en Grande-Bretagne, où il est resté jusqu’à aujourd’hui. Désormais, cette relique inestimable a une nouvelle patrie, par la volonté des descendants du prophète”, a déclaré M. Kadyrov.

Historique inconnu


Le gouvernement tchétchène n’était pas en mesure de préciser l’histoire de cette relique, ni de révéler le nom de son propriétaire précédent. L’acquisition a été négocié par l’homme d’affaires Rouslan Baïssarov.

“Personne ne peut en dire plus, parce que personne ici n’en sait plus à ce sujet. Cela a été négocié par Baïssarov et annoncé par Ramzan Kadyrov. Ce sont les seules informations disponibles”, a expliqué un porte-parole du gouvernement tchétchène.

Selon la presse russe, Rouslan Baïssarov est lié depuis le début des années 1990 aux milieux du banditisme tchétchène. En 2009, il avait aussi été accusé par sa compagne, l’actrice Kristina Orbakaïte, d’avoir enlevé leur fils car il ne voulait pas lui en laisser la garde.

A l’époque, le service de presse de l’actrice avait évoqué le passé criminel de l’homme d’affaires. “Etant donné que Rouslan a eu des problèmes avec la loi, l’ambassade des Etats-Unis refuse de lui délivrer un visa”, avait notamment indiqué un porte-parole de Mme Orbakaïte au journal Komsomolskaïa Pravda.

La Tchétchénie, théâtre de deux guerres entre indépendantistes et forces russes dans les années 1990 et 2000, est aujourd’hui le théâtre d’une rébellion islamiste, qui mine aussi les autres républiques du Caucase russe.


Source : LeMatin.ch





(allez directement à 19:00 pour éviter le prêche de l’imam… )


Tchétchénie - accueil en grande pompe d’une relique du pseudo-prophète Mahomet - septembre 2011




bivouac-id.com