“Islam, Antéchrist et jambon beurre”, quand Canal+ cherche à ridiculiser les islamolucides - septembre 2011








Voici la bande-annonce du documentaire de Paul Moreira qui sera diffusé le lundi 5 septembre sur la chaîne Canal+.

À en juger par les deux minutes dignes des grandes heures de la Pravda soviétique qui nous sont proposées ici, ce documentaire semble mettre un point d’honneur à repousser les limites de la malhonnêteté intellectuelle. Le journalisme est-il mort sur Canal+ ?








Dix ans après le 11 -Septembre, peut-on dire que Ben Laden a en partie gagné la bataille de l’opinion en radicalisant certains chrétiens américains devenus antimusulmans ?

Paul Moreira – D’une certaine manière, oui, car la prétendue mise en danger des Etats-Unis par l’islam radical va être l’un des thèmes de la prochaine élection présidentielle, que l’on retrouve chez des républicains comme Newt Gingrich, Rick Perry ou Michele Bachmann, en route pour l’investiture. Mais cette vague islamophobe n’est pas tant liée au 11-Septembre qu’à l’élection de Barack Obama, élevé en Indonésie, Etat musulman. Des conservateurs, notamment le Tea Party, ont appuyé sur le bouton de la xénophobie alors qu’il n’y a que 1 % de musulmans aux Etats-Unis et que la menace islamiste radicale y est aujourd’hui nulle.

Des acteurs de ce mouvement voient en l’Islam l’Antéchrist, crient à “la Patrie en danger” et parlent d’un “Armageddon” imminent: on a l’impression d’assister à un phénomène d’hystérie collective !

Paul Moreira – Nous avons tourné dans le Tennessee, dans la Bible Belt [régions chrétiennes fondamentalistes, NDLR_]. Les gens y sont très religieux, proches du fanatisme. A la messe, des imprécateurs les exhortent à se préparer au combat final ! La théorie du complot a une écoute aux Etats-Unis car des complots, il y en a eu. Pour un Européen, ces discours sont tellement déconnectés de la réalité qu’ils ont un aspect comique dans le reportage, une manifestante pense que la France est désormais soumise à la charia ! NDLR. L’activiste Pamela Geller ou l’écrivain Robert Spencer sont des publicitaires de génie qui fabriquent un fantasme. Dire qu’on va construire une méga-mosquée au World Trade Center, ça frappe les esprits. En fait, c’est un projet d’institut du monde arabe, dans une rue anonyme à trois pâtés de maisons de Ground Zero. C’est comique mais sinistre, car cela va générer de la violence.

Source : TeleObs