Chine : 19 morts lors d’attaques menées par des terroristes musulmans ouïghours entraînés au Pakistan - août 2011



Xinjiang - Dix-neuf personnes au total ont été tuées dans la ville de Kashgar, au Xinjiang, lors de deux attaques samedi et dimanche puis l’intervention de la police, ont annoncé le gouvernement de la région et l’agence Chine Nouvelle. Vingt personnes avaient été tuées le 18 juillet à Hotan.

Cette ville se trouve elle aussi au Xinjiang, région autonome à population musulmane où le pouvoir communiste chinois, malgré une poigne de fer, est en butte à l’instabilité depuis des années.

A Kashgar, une attaque à l’arme blanche menée contre des passants par deux Ouïghours a eu lieu samedi, faisant six tués. L’un des assaillants a trouvé la mort, selon le gouvernement de la région autonome peuplée de membres de cette minorité ethnique musulmane et turcophone.

Dimanche, des inconnus ont, lors d’une seconde attaque à l’arme blanche, selon Chine Nouvelle, fait six tués aussi à Kashgar, deux dans un restaurant et quatre autres dans la rue de cette ville de l’extrême ouest du Xinjiang, près du Kirghizstan.

La police a abattu quatre “suspects” dimanche à Kashgar et un cinquième est décédé à l’hôpital des suites de ses blessures après son arrestation avec trois autres assaillants présumés, a ensuite annoncé Chine nouvelle.

Loi martiale

Selon le site gouvernemental tianshannet.com, deux inconnus se sont emparés d’une camionnette arrêtée à un feu rouge dans une rue animée d’un marché de nuit. Ils ont tué le conducteur puis dirigé le véhicule sur la foule qui se trouvait sur le trottoir.

Les deux hommes sont ensuite descendus de la camionnette et ont commencé à poignarder des passants, faisant six tués et 28 blessés, avant que la foule se défende et ne tue l’un des assaillants.

Un porte-parole de la région autonome a lui ajouté que les deux assaillants étaient Ouïghours et que le survivant avait été arrêté.

Au moins cent personnes ont été arrêtées et la loi martiale a été instaurée dans la ville, a par ailleurs rapporté dans un communiqué le Congrès mondial ouïghour.

Des terroristes entraînés au Pakistan


Des terroristes entraînés à l’étranger sont derrière les attaques au Xinjiang qui ont fait au total 19 morts au cours du weekend, a annoncé lundi l’agence officielle Chine nouvelle, citant des sources gouvernementales évoquant le Pakistan.

Quatorze personnes ont été tuées samedi et dimanche dans des attaques à l’arme blanche par des Ouïghours, minorité musulmane et turcophone du Xinjiang (nord-ouest), ainsi que cinq assaillants par les forces de l’ordre dans la ville de Kashgar, selon des sources officielles.

Un groupe de religieux extrémistes conduit par des coupables entraînés dans des camps terroristes à l’étranger sont derrière les attaques, a annoncé la ville de Kashgar, citée par l’agence.

Selon Chine nouvelle, des premiers éléments d’enquête permettent d’établir que les dirigeants de ce groupe ont appris le maniement des explosifs et des armes à feu dans les camps à l’étranger de l’Etim (Mouvement islamique du Turkistan oriental), au Pakistan, avant d’entrer au Xinjiang, ont assuré les autorités de Kashgar dans un communiqué sur leur site cité par Chine nouvelle.

Source : RomandieNews RomandieNews



Vidéo : (VO-chinois)




Chine : 19 morts lors d’attaques menées par des terroristes musulmans ouïghours entraînés au Pakistan - août 2011 - Télécharger en SD 360P (MP4)

Chine : 19 morts lors d’attaques menées par des terroristes musulmans ouïghours entraînés au Pakistan - août 2011 - Télécharger en SD 360P (FLV)


Chine: Sécurité renforcée après les violences au Xinjiang








Les forces de l’ordre ont bouclé ce mardi le centre-ville de Kashgar, dans la province du Xinjiang, après des violences au cours du week-end imputées par Pékin à des «terroristes islamistes».

Ces incidents ont de nouveau mis en évidence les tensions ethniques qui existent dans cette région dont la population est majoritairement musulmane et ouïghoure. Une vingtaine de véhicules anti-émeutes ont été déployés sur la place du Peuple, en plein coeur de la ville, face à la statue géante de l’ancien président Mao. Des gendarmes ont défilé sur la place, qui était vide mais restait ouverte au public.

Les véhicules conduits par des Ouïghours visés

Des hommes en armes ont été affectés à des barrages routiers sur les grands axes, arrêtant les véhicules conduits par des Ouïghours, peuple turcophone et musulman du Xinjiang, majoritaire à Kashgar mais minoritaire dans la province.

Ce mardi, les rues du centre-ville grouillaient de commerçants et semblaient calmes en apparence. Dans l’un des marchés de la ville, de nombreux commerçants ouïghours vendaient des denrées et des foulards et circulaient à mobylette. «La situation est un peu tendue en ce moment», a confié un habitant ouïghour, qui a préféré garder l’anonymat, ajoutant que les contrôles effectués par les forces de sécurité ont été instaurés après le début des attaques, samedi soir. «Ils contrôlent l’identité et cherchent les gens armés de couteaux», a-t-il dit.

Des caméras en circuit fermé à bord de véhicules permettent à la police de surveiller les rues de la ville. Des haut-parleurs juchés sur une fourgonnette hurlent des ordres en mandarin: «Un incident s’est produit le 31 juillet… Ne suscitez pas les rumeurs, ne les diffusez pas.» Des zones d’un vaste quartier où se trouvent beaucoup de restaurants et magasins hans et où se sont produites les agressions, étaient toujours pleines de monde. Selon les autorités chinoises, deux suspects ouïghours ont été abattus par la police, tard dans la soirée de lundi, dans des champs de maïs en banlieue de Kashgar.

Silence sur les violences meurtrières du week-end


Dimanche, des agresseurs ont assailli un restaurant de la ville, tué le propriétaire et le serveur, puis poignardé quatre passants, selon le site Internet du gouvernement de Kashgar. Il s’agit de la dernière explosion de violence en date dans la province du Xinjiang. Ce mardi, la plupart des médias et sites Internet chinois ont évité de parler des violences meurtrières du week-end.

La faible couverture médiatique et le discours intransigeant à propos de la mort des suspects, Memtieli Tiliwaldi et Turson Hasan, semblent vouloir offrir une image de force et éviter un retour de bâton après la vague d’attaques survenues au Xinjiang, a estimé un analyste. Les autorités chinoises ont mis en cause des “terroristes islamistes ouïghours” désireux d’acquérir l’indépendance. Elles ont affirmé que les responsables de ce groupe s’étaient formés au maniement des explosifs et des armes à feu dans un camp au Pakistan avant de revenir en Chine.

Source : 20minutes.fr

http://www.bivouac-id.com/billets/chine-19-morts-lors-dattaques-menees-par-des-terroristes-musulmans-ouighours-entraines-au-pakistan/