Pat Condell est en colère (et nous aussi) - 27 juillet 2011





Transcription de la vidéo :

La violence n’est pas la réponse

Le meurtrier norvégien est autant un ennemi de l’humanité qu’un djihadiste. C’est un djihadiste sous un autre nom. Selon lui, une guerre a lieu, et c’est exact. Une guerre entre les gens civilisés et les barbares de son espèce.

Cela me révulse de penser que de tels événements se produisent. Même le pire des idiots doit savoir qu’on ne résout rien par la violence, car jamais elle ne ralliera les gens qui n’en sortent d’ailleurs jamais indemnes. N’est-ce donc pas évident ? Seuls les crétins ou les fanatiques l’ignorent. Étant donné l’état délétère de la démocratie en Europe, il est clair que tout changement de la société nécessitera un très fort soutien populaire. La violence tue sur-le-champ toute chance de soutien.

Ce fou a tué 76 innocents et suscite la haine sur lui, et sur ce en quoi il dit croire. On le hait en Norvège et partout ailleurs, autant que les terroristes de Londres et New York sont haïs, ou que l’on hait tout autre fanatique qui se prend pour Dieu. La violence n’est pas la réponse. Jamais. Jamais l’espèce humaine ne progressera tant qu’elle s’embourbera dans la violence. C’est pourquoi les adeptes et les partisans de la violence, à des fins politiques, sont mes ennemis sans exception.

On ne peut cependant que remarquer, après ces atrocités, le zèle malsain manifesté par certains pour condamner par association, comme si tous les critiques de l’islam étaient complices de la folie de cet homme. C’est certes fâcheux, mais puisque les règles du jeu ont donc changé, j’ai hâte de voir combien d’imams haineux se verront ainsi accusés de la prochaine atrocité islamique.

Aucun des critiques de l’islam ou du multiculturalisme n’est aucunement responsable des actes de ce fou. Et leurs critiques sont toujours tout aussi valides.

L’islam est toujours un totalitarisme qui menace nos libertés. Le politiquement correct est toujours du marxisme culturel. Et le multiculturalisme est toujours un mensonge. Partout en Europe, des lois réprimant de fait le blasphème servent toujours contre ceux qui critiquent l’islam, et seulement l’islam. Cette horrible tuerie n’y change rien.

La seule façon de changer les choses, le seul moyen de susciter une large adhésion populaire, ce n’est pas la violence, mais la défense inconditionnelle de la liberté d’expression, et la vérité. C’est tout ce qu’il faut.

Paix. Et un peu d’honnêteté aussi si possible.