France : Saïd Arif, un jihadiste chevronné dans la nature - 13 mai 2013




PORTRAIT - Saïd Arif, un jihadiste chevronné dans la nature

Un militant islamiste de nationalité algérienne, Saïd Arif, assigné à résidence depuis octobre 2012 à Brioude, en Haute-Loire, est en fuite. Son parcours depuis près de 20 ans fait craindre le pire.



Un vétéran du jihad. C'est ainsi que les spécialistes parlent de lui. Il faut dire que le CV de Saïd Arif fait froid dans le dos. Condamné en 2007 pour terrorisme, il a pris la fuite, vraisemblablement samedi soir, à bord d'une voiture volée. L'homme était assigné à résidence depuis octobre 2012 à Brioude, en Haute-Loire. Manuel Valls affirme que tout est fait pour retrouver cet individu, incontestablement dangereux selon le ministre de l'Intérieur.

"Il a été formé dans les camps majeurs d'Afghanistan", explique Jean-Charles Brisard, consultant et spécialiste des questions de terrorisme. "Il y a notamment appris le maniement des armes, des explosifs mais aussi des armes chimiques et y a cotoyé Ben Laden et ses plus fidèles lieutenants".

20 ans d'implication

Ancien gradé de l'armée algérienne, il a activement participé à l'organisation de plusieurs attentats déjoués visant la France mais aussi apporté son soutien et ses connaissances au groupe de Francfort ou à la filière islamiste tchetchène.

Belgique, Italie, Allemagne, Royaume-Uni, cela fait 20 ans que Saïd Arif est impliqué dans les milieux terroristes européens. Les spécialistes redoutent d'ailleurs qu'il soit parti rejoindre ces réseaux pour recruter ou planifier de nouveaux attentats.

Lors d'une interview en décembre dernier, l'homme de 47 ans ne cachait pas sa volonté de quitter la France. En avril, une enquête avait été ouverte pour apologie du terrorisme. Son audition était prévue mardi...