Afghanistan : des employés de l’ONU décapités - avril 2011


Huit employés étrangers de l’ONU ont été tués dans l’attaque de leurs bureaux par des manifestants à Mazar-I-Sharif, en Afghanistan, a annoncé un porte-parole de la police régionale. Deux d’entre eux ont été décapité, a-t-il précisé plus tard. Selon les informations de l’AFP, cinq gardes népalais, employés par l’ONU, font partie des victimes. Trois manifestants afghans auraient également été tués.

Un porte-parole de l’ONU à New York a confirmé l’attaque, indiquant qu’il y avait “des morts” dans les rangs de l’ONU, sans en préciser le nombre.

Une manifestation pour protester contre l’autodafé récent d’un Coran aux Etats-Unis a mal tourné. La manifestation a commencé vers 13h30, après la traditionnelle prière du vendredi, et les manifestants ont attaqué le siège de l’Unama (Mission d’assistance de l’ONU en Afghanistan) aux environs de 15 heures, avant d’y pénétrer, selon le porte-parole de la police.

Mazar-I-Sharif est l’une des sept zones choisies par le président Hamid Karzaï et la coalition internationale pour inaugurer le processus dit de “transition”. Les forces étrangères y transmettront la responsabilité de la sécurité dès le 1er juillet aux forces afghanes.


Source : Afp-Europe1


KABOUL - Le chef du bureau de l’ONU à Mazar-I-Sharif (nord de l’Afghanistan) a survécu à l’attaque vendredi des locaux onusiens, lors de laquelle sept employés étrangers ont été tués, car il a pu faire croire qu’il était musulman, selon le représentant spécial de l’ONU en Afghanistan.

Il a “survécu car il a prétendu être musulman. Il a été frappé, mais les assaillants l’ont laissé partir, a déclaré samedi soir Stiffan de Mistura, (photo) représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Afghanistan, lors d’une conférence de presse à Kaboul.

De nationalité russe, “il parle très bien dari”, l’une des deux langues officielles d’Afghanistan, majoritairement parlée dans le nord, a-t-il précisé.

Caché comme les autres dans une pièce sécurisée, dont la porte n’a pas résisté aux émeutiers, il a tenté d’attirer en se montrant à l’attention des assaillants, pendant que ses trois collègues européens se cachaient dans l’obscurité.

“Il parlait la langue et pendant un moment il a espéré qu’en faisant cela ils penseraient qu’il n’y avait personne d’autre. Mais cela n’a pas fonctionné”, a expliqué M. de Mistura.

Ses trois collègues ont été découverts et “tués les uns après les autres”, par balles, a-t-il ajouté.

Quatre Gurkhas népalais, chargés de la sécurité, ont également été tués, mais deux ont survécu, car les miradors dans lesquels ils se trouvaient ont été abattus par la foule et ils se sont retrouvés à l’extérieur du complexe.

Deux collègues afghans en ont également réchappé sains et saufs.

Selon M. de Mistura, les sept employés de l’ONU ont probablement été tués par des “insurgés”, venus d’autres provinces, qui avaient infiltré la manifestation organisée vendredi à Mazar-I-Sharif.

Les manifestants protestaient contre l’autodafé public mi-mars aux Etats-Unis d’un exemplaire du coran par un pasteur extrémiste américain.


Source : 20minutes.fr