Au Bangladesh, arrestations de trois blogueurs athées accusés d'avoir «diffamé l'islam»


Par RFI

Les blogeurs risquent dix ans de prison. Ces arrestations interviennent alors que la situation est toujours tendue dans le pays. Le jugement de plusieurs responsables du plus grand parti islamiste bangladais pour crimes de guerre créent des tensions.



Depuis des années, la blogosphère bangladaise est agitée par de violents débats entre athés et fondamentalistes musulmans, une tension qui a culminé en février dernier avec le meurtre par décapitation d'un blogueur athée.

Ahmed Rajib avait participé à l'organisation de grandes manifestations au moment de la condamnation à perpétuité d'un des chefs du parti islamiste Jamaat-e-Islami, pour crimes de guerre commis lors de la guerre d'indépendance.

Les manifestants estimaient la peine trop légère et demandaient la condamnation à mort des accusés et l'interdiction de leur parti. Des contre-manifestations avaient alors été organisées par les islamistes et plusieurs personnes avaient été tuées. Ces islamistes ont d'ailleurs prévu de manifester une nouvelle fois, samedi prochain, pour demander eux aussi la peine de mort, mais évidemment cette fois pour les blogueurs athées.

Les trois individus arrêtés de ce mardi 2 avril figuraient d'ailleurs sur la liste de 84 noms fournis par un groupe islamiste à la Commission gouvernementale qui enquête sur les écrits blasphématoires sur internet. Ce qui fait dire à un professeur de l'université de Dacca, lui aussi blogueur, que tout ceux qui figurent sur cette liste sont maintenant en danger.

Un des chefs de la police de Dacca a démenti tout lien entre les arrestations et la prochaine marche des islamistes. Mais ce mardi, de nombreux blogueurs, en guise de protestation, ont formé une chaîne humaine dans la capitale.