Allemagne : Thilo Sarrazin sur l’immigration musulmane


Sam Harris répond au refrain “toutes les religions ont leurs extrémistes”


Sam Harris, auteur américain et directeur de “Project Reason“ répondait au porte-parole d’Al-muhajiroun, une organisation islamiste Britannique.

Traduction et sous-titrage par Franco-Français

Transcription

Infiniment peu d’entre nous ont des insomnies dues à leur peur des amish… Donc ce n’est pas un argument valide.
En regard de la façon dont nous, les athées, sommes forcés de parler à propos de l’islam, et d’ailleurs les chrétiens se plaignent souvent que les athées mettent sur un pied égal l’islam et la chrétienté dans toutes les discussions… Le mode habituel est de dire « Ils ont leurs jihadistes, on a ceux qui tuent des docteurs avorteurs ».
Je crois que nos voisins chrétiens, même les plus fous d’entre eux, ont raison d’être révoltés par cette analogie erronée. La vérité est que l’islam est bien plus terrifiant, et clairement plus coupable de bien plus d’horreurs inutiles de nos jours, que la chrétienté ne l’a été depuis très, très longtemps. Et nous devons le rappeler.
Il a été constaté qu’en Irak, des extrémistes sunnites se battent aux côtés des américains contre Al-Qaeda, et on leur a demandé pourquoi: L’un d’entre eux a répondu qu’il avait récemment vu un membre d’Al-Qaeda décapiter une fille de 8 ans et que ça l’a convaincu qu’entre les deux maux, il valait mieux choisir les américains.
Donc même des musulmans, militants sunnites, peuvent tracer une ligne entre la folie islamique « ordinaire » et la barbarie sans limites, en voyant les horreurs pratiquées y compris sur des petites filles. C’est un espoir, en fin de compte.
Nous devons être clairs, limpides, sur ce qui se trouve de l’autre côté de cette ligne car c’est à ce type de folie furieuse auquel nous tous, tous les pays civilisés, musulmans compris, faisons face. Et il est triste de le dire, mais oui: En islam, la barbarie est soutenue par bien des religieux célèbres et respectés. Mettre l’islam sur un pied d’égalité avec le reste, comme souvent l’athéisme nous y conduit, est une erreur d’interprétation.
Le refrain que toute religion a ses extrémistes est de la bêtise: Toutes n’ont pas ce genre d’extrémistes. Certaines n’en ont jamais eu.
Un sondage récent, en Angleterre, montre qu’un tires des jeunes musulmans veulent vivre sous la charia et la peine de mort pour l’apostasie. Un tiers d’entre eux! 68% pensent que leurs voisins qui insultent l’islam devraient être arrêtés et jugés. 78% pensent que l’auteur des caricatures de Mahomet devrait être jugé. Ces gens n’ont aucune idée de ce qui constitue une société civile.
Il me semble que de tels rapports sur les communautés musulmanes d’occident devraient être notre 1er sujet d’inquiétude en matière de religions.







----------------------------------

Repris de Poste de Veille

Thilo Sarrazin, critique de l’islam bien connu en Allemagne, a fait une présentation à la télévision, dont voici la traduction.

Neuf conclusions sur l’immigration musulmane :


1. Aucune politique d’immigration ne peut résoudre le problème essentiel de notre développement démographique, à savoir que chaque génération est environ un tiers moins nombreuse que celle qui la précède. De surcroît, alors que le nombre d’enfants décline, le nombre d’enfants nés dans des familles illettrées est constamment en hausse.

2. L’éducation est un facteur très important. Cependant l’éducation est devenue un fétiche de notre société, et quiconque croit que ces problèmes peuvent être résolus par la seule augmentation du niveau d’éducation nous obligera à vivre dans un mensonge total.

3. Les immigrés ne sont pas seulement des immigrés. Les immigrés d’Europe de l’Est, de l’Inde, de Chine et du Vietnam ne posent aucun problème d’intégration dès la seconde génération. Ils acquièrent dès lors un niveau d’études plus élevé et un meilleur taux d’emploi que les Allemands de souche. Nous avons entre 10 et 11 millions de ces immigrés en Allemagne, et leurs descendants n’ont aucun problème d’intégration dès la seconde génération. Ils représentent un gain culturel et économique pour l’Allemagne.

« Tous les graves problèmes économiques et culturels d’intégration sont concentrés sur les 4 à 6 millions d’immigrés venus des pays musulmans. »

4. Tous les graves problèmes économiques et culturels d’intégration sont concentrés sur les 4 à 6 millions d’immigrés venus des pays musulmans. La réussite de l’intégration des immigrés musulmans installés parmi nous doit devenir une priorité absolue, avant toute nouvelle immigration musulmane. Concernant ces immigrés, leur niveau d’études et leur taux d’emploi dans la 2e et la 3e génération sont, de loin, très en-dessous de ceux des Allemands, d’autres groupes d’immigrés, et de leurs descendants.
Et à ce sujet, rien ne permet d’envisager une amélioration satisfaisante avec le temps.

5. Une tendance troublante à former des sociétés parallèles est évidente. Seulement 3 pour cent des immigrés turcs de seconde génération épousent des Allemands, tandis que 70 pour cent des immigrés russes font des mariages mixtes.

« Ces problèmes ne sont pas dus à leur origine ethnique mais à la culture musulmane. Cette culture façonne les valeurs et le style de vie de la plupart des immigrés musulmans et elle est incompatible avec les sociétés occidentales laïques.

6. Selon moi, ces problèmes ne sont pas dus à leur origine ethnique mais à la culture musulmane. Cette culture façonne les valeurs et le style de vie de la plupart des immigrés musulmans et elle est incompatible avec les sociétés occidentales laïques.
Cela est particulièrement flagrant en Grande-Bretagne, où l’on constate une grande disparité entre l’intégration des immigrés Hindous d’une part et celle des Pakistanais et du Bangladesh d’autre part. Ces problèmes accablent non seulement l’Allemagne mais aussi tous les pays européens ayant un nombre important d’immigrés musulmans.

7. Les problèmes d’intégration économique et culturelle des immigrés originaires de pays musulmans signifient que l’impact économique et sociétal de cette immigration est incontestablement négatif pour les sociétés d’accueil.
Aussi longtemps que le comportement culturel de ces immigrés ne subit pas un changement radical, ils vont créer des problèmes sociaux et économiques supplémentaires, et en aucun cas faciliter la transition démographique.

8. Le modèle d’État-providence de l’Allemagne et des pays européens n’est pas exempt de blâme. Les prestations sociales dont bénéficie une famille d’immigrés en Allemagne excèdent largement le revenu qu’elle pourrait gagner dans des pays comme la Turquie ou au Liban, alors qu’aucun membre de cette famille n’occupe un emploi. Ces mêmes groupes d’immigrés sont mieux intégrés aux Etats-Unis car ils doivent pourvoir à leurs besoins ou quitter le pays. Ou bien ils n’y seront même pas admis.

9. La croissance économique des derniers mois et l’augmentation des offres d’emploi ont occulté le débat de fond indispensable sur la politique d’immigration. N’est-ce pas ironique ? Depuis 45 ans, la chute auto-infligée de notre démographie nous rapproche du fond du gouffre avec la précision d’une horloge et au rythme de déplacement d’un iceberg. Et maintenant que le fond du gouffre est manifeste sur le marché du travail, chacun semble complètement surpris.
Le taux de natalité le plus élevé en Allemagne a été atteint en 1965. Cette génération est actuellement âgée de 45 ans. Ils sont au sommet de leur carrière et de leur productivité, et ils entrent dans les « années de déclin ». Qui va assumer leurs responsabilités ?
Il y a présentement 1.45 million de travailleurs âgés de 45 ans en Allemagne, mais seulement 950 000 personnes âgées de 20 ans et 600 000 bébés d’un an.
La précipitation ne mène nulle part, nous devons réfléchir et apprendre de nos erreurs.
Les immigrés qui rejettent notre culture, ne sont pas éduqués, et sont seulement motivés par l’aide sociale et le projet de faire venir leur famille nombreuse, vont finalement coûter plus cher à notre société que ce qu’ils nous apportent.
Nous sommes nombreux à vouloir un système de points pour l’immigration ou bien un système comme la Green-card aux USA. Je préconise une solution de ce style. Si l’Allemagne avait eu un système d’immigration à l’instar de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, du Canada ou des USA, avec de solides barrières pour éviter l’afflux de travailleurs sans qualifications et pas d’avantages sociaux aux immigrés, alors environ 90 pour cent des immigrés musulmans qui vivent actuellement en Allemagne ne seraient jamais venus. J’aimerais insister sur ce point.




Source : Are You a Sarrazinista?, Gates of Vienna, 23 janvier 2011. Traduction par Marie pour Poste de veille