Serge Simard - Assemblée nationale du Québec
















« C'est légal. Mais ce qu'on constate, c'est que l'exception semble devenir la règle et ce n'est pas ce que nous voulons », insiste M. Simard, qui va jusqu'à qualifier cette pratique « d'accommodement déraisonnable ». Il estime que les gens ont le droit de savoir ce qu’ils achètent.