Grande-Bretagne : Quand la prison respecte la charia.




Les prisonniers musulmans ont droit à du linge propre si un chien à reniflé leur cellule lors d’une fouille.
Les prisonniers musulmans se voient donner des draps et de vêtements propres après chaque fouille de leur cellule par les chiens renifleurs - car ils considèrent ces animaux comme impurs.
Les détenus disent que les draps et les uniformes de prison doivent être changés en accord avec la loi islamique s’ils se sont trouvés à proximité de la salive de chien.
Selon les règles du gouvernement, les gardiens doivent remettre aux détenus du linge de remplacement afin d’éviter les plaintes pour discrimination religieuse après chaque fouille.
Il est également interdit aux chiens de toucher les exemplaires du Coran ou tout autre objet religieux. Il est remis aux prisonniers des sacs spéciaux pour protéger leurs objets religieux.
La literie doit également être changée lorsque le détenu estime qu’elle a été souillée.
Cette politique a été adoptée après qu’un immigrant illégal en attente d’expulsion à la prison de Douvres eut demandé par écrit à la hiérarchie de clarifier les règles sur les fouilles par chiens renifleurs.
En reponse à la lettre dans le journal de la prison “Inside Time”, Rosemary Hanna du ministère de la justice écrivit: « Nous sommes conscients que si la salive de chien entre en contact avec les vêtements ou objets religieux d’un musulman, ils sont considérés comme souillés. C’est pourquoi un détenu doit être autorisé à changer ses vêtements, si cela se produit. »
Elle ajouta : « Les chiens qui fouillent les cellules ne devraient pas être autorisés à toucher les livres saints et les objets religieux. »
« La literie doit également être changée lorsque le détenu estime qu’elle a été souillée. »
Le détenu a le droit de désigner ses objets religieux et de les retirer de sa cellule afin que le personnel de la prison puisse les examiner à la main avant la fouille de la cellule. Des pochettes en plastique transparent sont souvent utilisées aussi pour protéger les livres et les objets religieux.
Un imam de premier plan, Ibrahim Mogra, a déclaré que ces règles était « très délicates et sensées ».
Il a déclaré: « On s’attendrait à ce que les exigences et les besoins religieux de toutes nos diverses communautés religieuses soient prises en considération. »
La polémique est survenue après que certains musulmans eurent fait valoir qu’ils ne devaient pas être touchés par des chiens renifleurs formés pour détecter les terroristes dans les gares.
Le mois dernier, il a été révélé que le chef de l’Association des officiers de police avait proposé que les chiens policiers portent des bottines aux pattes lors de fouilles des maisons de suspects musulmans.
Source : Daily Express
Traduction Bivouac-ID.