Grande-Bretagne : Les musulmans opposés aux chiens renifleurs de la police






Force est de constater que chaque fois que les autorités prennent des mesures anti-terroristes, c’est la communauté musulmanes ou des organisations musulmanes qui trouvent le moyen de s’y opposer.  C’est ce que j’appelle l’anti-anti-terrorisme musulman.
 Des usagers musulmans s’opposent à l’utilisation par la police de chiens renifleurs dans les gares, en refusant de se laisser renifler par des chiens policiers entraînés à détecter la présence d’explosifs, les chiens étant considérés comme spirituellement “impurs” dans l’enseignement islamique.
Mais la police britannique des transports a décidé de continuer malgré tout à employer ces animaux spécialement formés.
Les plaintes sont arrivées après un test de sécurité ferroviaire à la gare de Brighton, a révélé le gouvernement dans un rapport.
Les musulmans y indiquaient qu’il ne leur était pas permis d’avoir un contact direct avec des chiens en raison de leur religion et de leur culture.
D’autres dépôts de plainte semblables sont apparus suite au test de sécurité à la gare de Paddington à Londres au cours duquel des musulmanes avaient jugé inacceptable de se laisser approcher par les chiens dans le cadre de la vérification.
Le rapport montre également les réactions du public à 5 tests de sécurité menés en 2006 :
  • Certains “orientaux” et Noirs ont estimé qu’ils pouvaient être faire l’objet d’une vérification en raison de leur «origine ethnique» ou bien parce que leur apparence correspondait à l’idée que se fait la police d’un terroriste.
  • Le fait de faire l’objet d’une vérification a constitué une «gêne particulièrement pour les sondés orientaux».
  • Certaines personnes répugnent à donner des informations personnelles à des agents de BTP (British Transport Police), car ils ne comprennent pas vraiment pourquoi ces informations leur sont nécessaires, ou comment elles seront utilisés.
  • Certains musulmans ont indiqué qu’ils éviteraient de passer par une gare où opèrent des chiens renifleurs en raison de leurs croyances religieuses, tandis que d’autres jeunes hommes, blancs comme noirs, ont dit qu’ils éviteraient également ces gares de peur qu’en plus des explosifs, les chiens ne soient en mesure de détecter des drogues.
A la question de savoir si, du fait de ces réactions, certaines mesures ne s’appliqueraient pas à certaines personnes, un porte-parole du BTP a répondu : «La législation s’applique à tous. Il n’y a pas de cas de dérogation.»
«Les policiers feront preuve de délicatesse le cas échéant, mais évidemment, il y a des implications pratiques.»
Il a ajouté : «Ces chiens ne griffent ni n’aboient. Ce sont des chiens très bien entraînés qui peuvent détecter des odeurs à distance. Il n’y a pas nécessairement de contact physique.»
Source Daily Mail