Aldo Sterone : « La France qu'on remplace »